Alsace
Riquewihr

La Table du Gourmet / J-L Brendel :
Un Chef hors norme ou le Vivaldi de Riquewhir!


4 toques Gault & Millau

Riquewihr, l’un des plus beaux villages de France, outre ses attraits touristiques, a la chance de posséder l’un des meilleurs restaurants de France.

Le seuil franchi, vous pénétrez dans un autre monde, un univers singulier, un havre de paix, à mille lieues du flux des touristes arpentant les rues alentours... Un joli patio décoré d’un mur végétal vous met dans l’ambiance. Vous pénétrez ensuite dans l’antre et l’âme du restaurant, la salle, toute de rouge vif et noir vêtue, revue et corrigée récemment. Sièges designs, vintages, confortables, banquettes blanches et chic. Superbe comptoir en cuivre. Table sobre, élégamment dressée. L’histoire rejaillit des murs, transpire, nous sommes dans une ancienne cave viticole, aux poutres médiévales patinées par les siècles.

Fabienne Brendel, sœur du Chef, nous raconte avec passion l’histoire de la Maison, les bonnes ondes qui l’entourent. La maitresse des lieux est à l’image de sa salle ou réciproquement... Pimpante, distinguée, alerte, bienveillante, amusante, elle veille au grain et apporte un grand soin à chaque détail. Son but est de tout faire en sorte pour que les gourmets passent un agréable moment.

Soutenue en salle par une équipe soudée, très professionnelle, dévouée et avenante, Fabienne supervise un service irréprochable.

La sommelière nous narre allègrement et avec expertise, la superbe sélection des vins alsaciens en accord avec les mets, excepté cependant avec le dessert... À chaque changement de carte, le Chef réunit un aréopage de vignerons alsaciens. Après dégustation des plats, un débat s’anime sur le choix du meilleur cru qui sublimera le plat. Le Chef nous explique qu’à l’occasion, il lui arrive même de reconsidérer un plat s’il n’est pas en osmose parfaite avec un vin. Approche intéressante et surprenante qui tend à prouver qu’ici le vin fait partie prenante du plat, une continuité, un catalyseur et inversement que le plat n’existerait pas sans le vin... Autre mention louable, c’est l’honneur et l’hommage rendu aux vignerons alsaciens et à ses grandes caves... JP Schmitt, Faller, Deiss, Sipp autant de grands noms qui ont droit de cité. L’accord mets et vins est ainsi exclusivement composé de vins du terroir local. Ce fait est trop rare en Alsace qu’il faut le mentionner ! La clientèle internationale du restaurant peut ainsi en découvrir tous les attraits et jouer les ambassadrices une fois rentrée...

Les vins ont beau être remarquables, le clou du spectacle se situe en cuisine par l’entremise de son Chef Jean–Luc Brendel. Tel Vivaldi, il compose ses menus au gré des quatre saisons avec virtuosité. Jardinier passionné d’un potager médiéval sur les hauteurs du village, botaniste à ses heures (l’oxalis est l’emblème du restaurant), le Chef n’a pas à chercher loin pour trouver la matière première. Fraicheur garantie ! Tel un rat de laboratoire, il fait preuve d’une créativité exceptionnelle - à la Gagnaire ou à la Passard - ses compositions sont millimétrées et font l’objet de longues recherches pour aboutir à l’excellence... Sa cuisine hors norme sort des sentiers battus, des copier coller. Incontestablement, le Chef en impose et se distingue. On peut véritablement parler d’une cuisine estampillée à la Brendel...

Les quatre amuse-bouches annoncent la couleur, paysage du jardin, crème de raifort, céleri, pomme, cristaux de légumes, pain à la pomme de terre / Magnifique asperge verte rôtie aux amandes, sauce hollandaise aux agrumes / Appétissant et goûteux tatare végétal, caviar de hareng et en guise de rince bouche (!!!) pour bien entamer le premier plat, bille gelée d’un cocktail Campari melon...

Après une légère attente, le premier plat est servi. Paysage mosaïque & caviar blanc, est digne de la haute couture tant par la précision, la joliesse et l’harmonie : radis/ chiogga /lait de tamara anguille/ chou fleur/ oignon rouge.

Le deuxième plat, Asperge verte, emporte ma préférence en termes gustatifs, car un peu moins complexe à approcher que le précédent : knepffle d’asperges/ saucisson lie de vin de Patrick Duler dont le jambon a été élu le meilleur au monde / lait fouetté rumex (oseille) / primevère. Très bel équilibre acido-basique et, fait important, avec de la mâche en bouche. Très bon plat...

Le turbot sauvage est également bien interprété, avec son bouillon de pêche (le poisson !), safran alsacien, yuzu et ratte du Touquet...

La balade en mer se poursuit avec le homard breton au sel d’orange, scorsonère (salsifis noirs) / gnocchi cèpe (superbe) / crème fermière / kalamansi (calamondin, oranger) : une vraie réussite.

Pour revenir sur terre, un délicieux pigeonneau de la ferme Kieffer et sa sauce truffée, rôtie d’abat / suc de café (un peu moins ma tasse de thé !!!) / betterave chips.

Pour finir le voyage, un excellent pré-dessert tout en fraîcheur et en accord équilibré, Choco/lait/ Giamaica glacé (café jamaïcain torréfié par un maitre torréfacteur à Vérone).

En guise de dessert, une fraise dans tous ses états, Fraises & Billes & fraises des bois : Terre pistache / sorbet fraise/ crème fraîche/ céleri confit : un régal

Bref un moment gastronomique rare, incomparable, magique et qui se mérite, certes pas à la portée de toutes les bourses, mais un endroit hors du commun pour vivre un moment d’exception !

Il est évident que les sirènes de Michelin ne tarderont pas à retentir aux oreilles du Chef pour célébrer l’obtention d’un second macaron. Il le mérite en tous cas.

Le rendez-vous est pris pour la prochaine saison...


Dernière visite en juin 2015



La Table du Gourmet, 5 Rue de la 1ère Armée 68340 Riquewihr, - France - tél + 33 3 89 49 09 09     Lien





Déposez votre commentaire sur la page contact


Rechercher